Le palmarès des prix du neuf dans les 10 villes françaises

La remontée du marché immobilier neuf a bel et bien commencé depuis la fin 2016. Les promoteurs immobiliers ne peuvent que s’en réjouir car ils ont attendu depuis 3 ans cette reprise ! L’ancien avait franchi le seuil des 840 000 logements. Fait d’exception depuis ces 10 dernières années puisqu’un tel record de ventes n’a jamais été atteint.

L’affichage des baromètres

De juin à décembre 2016, la baisse des prix de l’immobilier a été généralisée pour les villes et les agglomérations françaises. Ce constat est basé sur un trois pièces à destination des ménages, un des deux acteurs dynamiques du secteur immobilier, dont les investisseurs. Les cotations sont fluctuantes, en juin 2016, une estimation de 680 000 Euros a régressé jusqu’à 673 000 Euros en septembre, alors qu’elle était de 653 000 Euros en mars.

Bien que Paris a décéléré légèrement de 2%, la capitale de l’éternelle demeure indétrônable, avec 663 000 Euros pour le prix d’un T3. Lyon affiche fièrement un 307 000 Euros pour un plan 3. Arrivant en 2nde place, elle dépasse Nice de 4.5 % avec 307 000 à 257 000 Euros selon l’éloignement du centre-ville. Ce devancement s’expliquerait par le frein de l’attentat récemment survenu sur la Promenade des Anglais.

Par conséquent, même avec une baisse de 5 %, un simple studio y est évalué à 117 000 Euros.

Malgré tout, les ventes immobilières de ces 6 derniers mois sont à la hausse.

Dans le Top 10, le trio est suivi de près par Bordeaux, Nantes, Montpellier, Marseille, Lille et Strasbourg. Toulouse ferme le peloton de tête, conservant sa réputation de ville « où il fait bon vivre ».

Des conditions de financement optimisées

Sur ces 5 dernières années, l’acquisition immobilière a baissé de 20 à 25 %. Cette dépréciation a été progressive, passant de

En 2016, elle a été favorisée en cela par les aides et les prix historiquement bas (sur ces 50 dernières années) du crédit et de l’immobilier en lui-même.

A la fin de l’année dernière, pour les accessions dans le neuf et l’ancien confondues, les taux affichaient une progression moyenne de 1,40 %.

Ce dynamisme sera-t-il aussi soutenu en 2017 ? Dans tous les cas, les futurs acquéreurs devraient rapidement trancher et s’approcher, soit du dispositif Pinel, soit du prêt à taux zéro, en tant que primo-accédant. Car, selon l’observatoire, bien que les entités bancaires mettent du temps à appliquer une révision de leurs barèmes.

Ainsi, une remontée en 2017 de 0,5 points ne serait pas improbable. A titre d’exemple, un capital d’emprunt de 200 000 Euros consenti pour 20 ans à un taux de 1.5 % serait impacté d’une inflation de 47 euros par mensualités. Au terme de l’échéancier, une somme rondelette de 11 200 Euros  se dégagerait de cette élévation. A réfléchir.

ARTICLES SIMILAIRES

Vous vous apprêtez à souscrire un crédit ? Lorsque vous souhaitez emprunter auprès de votre banq...

L’âge n’est pas du tout un obstacle pour investir dans l’immobilier. Effectivement, les retra...

Les conséquences d’un divorce ne s’arrêtent pas uniquement au partage des biens, aux questions...